Vous avez certainement lu plusieurs articles sur ce sujet, mais ce sont pour la plupart des fiches métiers standards, résumant le métier sous quelques paragraphes, incluant quelques détails, sans pour autant l’approfondir. Je vais vous décrire ce qu’est le métier d’esthéticienne en réalité avec ses bons et ses mauvais côtés (mieux vaut tout connaître de ce métier si intéressant), car je suis moi-même esthéticienne, toujours dans le désir de bien orienter les futures candidates, en incluant des témoignages poignants, plus ou moins différents, car chaque expérience est différente, et qu’elles sont toutes très touchantes!

 

Pourquoi se tourner vers le métier d’esthéticienne?

– Parce que vous aimez le contact client, prendre soin, embellir, conseiller, la diversité, redonner confiance par vos soins…
– Parce que vous êtes autonome, empathique (mais pas trop), humain(e), doux(ce), de bonne humeur en général (on a tout de même droit aux coups de mou), diplomate, passionné(e)…
– Parce qu’évidemment le domaine de l’esthétique vous attire, même si les épilations cela ne vous branche pas encore, vous êtes prêtes à vous y essayer, et si ça se trouve, comme pour la majorité des esthéticiennes, vous ne verrez plus cette prestation comme une corvée mais comme un moment privilégié passé avec vos client(e)s.
– Obtenir votre CAP pourrait peut être seulement une porte pour devenir maquilleuse professionnelle, ou spécialiste en sourcils par exemples, et puis vous vous rendrez-compte qu’intégrer d’autres soins à votre futur panel de prestations serait une très bonne idée!

Quels sont les rôles d’un(e) esthéticien(ne)?

– Analyser et améliorer l’état de peau en y pratiquant un soin avec des produits et appareils adaptés;
– Conseiller (c’est à dire: vendre) les produits et les soins les mieux adaptés répondant aux problématiques d’après les souhaits de votre client(e) et votre analyse;
– Pratiquer les épilations sur toutes les zones du corps (libre à vous de pratiquer ou non sur le genre masculin, en sachant que c’est de plus en plus demandé), savoir quelle cire, quelle technique utiliser selon la zone, selon la sensibilité de chaque personne;
– Pratiquer des soins des ongles, des mains et des pieds (dont le retrait des callosités, mais en se limitant à l’embellissement, le reste est réservé aux podologues);
– Maquiller le visage en prenant en compte la forme du visage et des yeux, le type de carnation, la couleur des yeux…
– Maquiller les ongles ;
– Et ce qui me paraît le plus important: pratiquer toute une multitude de prestations , apprises au CAP et à toutes les autres formations qui existent, avec maîtrise en connaissance des avantages et des risques, afin de garder une image valorisante de notre métier.

Que faire après votre diplôme obtenu?

– Généralement on trouve un poste d’esthéticienne dans une petite ou grande entreprise. On peut aussi être conseillère-beauté dans une célèbre chaîne en produit cosmétique, ou bien démonstratrice pour une certaine marque…
– Suivre diverses formations afin d’élargir son panel de compétence.
– Ouvrir son propre institut ou être esthéticienne à domicile.
Il est préférable d’acquérir de l’expérience dans une entreprise avant de songer à être son compte, car lorsque l’on sort de l’école (sauf si vous avez été en apprentissage), on est encore très inexpérimenté(e), pratiquer une épilation des jambes entières en 2h, c’est bien trop long, la cliente risque certainement pas de revenir en espérant qu’elle ne vous fasse pas de mauvaises pubs. Le temps c’est de l’argent dans notre métier. Prendre son temps lorsque l’on est expérimenté(e) signifie que l’on pratique pendant une durée acceptable afin d’effectuer une prestation de qualité. Vous verrez qu’au début vous aurez du mal à respecter les délais, et avoir un résultat époustouflant, car tout s’acquiert avec de l’expérience. Néanmoins, si vous êtes courageux(se) prêt(e) à relever ce challenge en mettant tout en oeuvre pour être efficace, lancez-vous!

Quelles pistes pour se former ?

Vous pouvez dans tous les cas, ou presque, choisir un établissement public ou privé, en formation continue ou en alternance.
La formation dans un établissement public requiert un bon dossier scolaire et privilégie un parcours classique à partir de la 3ème.
La formation dans un établissement privé requiert également un bon dossier et l’accès est payant.
La formation à distance n’est valable que pour le CAP ou dans le cas vous avez déjà été inscrit(e) dans une école traditionnelle mais n’ayant pas obtenu vos examens. Se former à distance est un choix mûrit, conscient(e) que cela demande une certaine organisation où il faudra être assidu(e) et resté(e) motivé(e) jusqu’à l’obtention du diplôme.
La formation en alternance demande aussi une certaine organisation car vous serez moins présent(e) à l’école que vos camarades en formation continue, et la recherche d’un maître d’apprentissage peut s’avérer plus difficile selon votre âge et une offre bien moindre à la demande. Accessible surtout lorsque l’on a moins de 18 ans à cause du taux horaire qui est bien plus réduit lorsque l’on est très jeune, en effet plus on acquiert de l’âge, plus l’employeur doit verser un salaire proche du SMIC, ce qui n’est pas rentable pour lui du fait que vous êtes régulièrement absent(e), néanmoins il existe toujours des exceptions! De plus, l’accès est gratuit pour vous, seule l’entreprise paie votre formation, motivée par des aides de l’État et un salaire réduit pour vous, et cela vous apporte une réelle expérience non-négligeable à mettre sur votre CV!
La recherche de stages est aussi compliquée, car même si vous ne percevez aucune rémunération, le sérieux des stagiaires se fait de plus en plus rare, des expériences précédentes pourraient empêcher les employeurs à vous prendre, il va falloir vous montrer convaincant(e), et suivre une conduite aussi parfaite que possible (ce qui est également valable pour les apprenti(e)s), d’autant plus que le statut de candidat libre peut rebuter plus d’un(e).

Diplôme

Emplois

Certificat d’aptitude professionnelle esthétique, cosmétique, parfumerie (CAP ECP) en 2 ans ou en 1 an si vous avez déjà un diplôme vous dispensant des matières générales,
– en école publique dont l’accès est privilégié aux sortant(e)s de la 3ème;
– en école privée dans le coût varie entre 3 500€ et 5 500€ sans forcément le kit inclus mais dont l’accès ne se limite qu’au nombre de place et facilité par l’accès payant;
– en contrat d’apprentissage (CFA ou établissement privé).

Esthéticien(ne) qualifié(e)

– Réalisation de soins esthétiques du visage, des mains et des pieds
– Réalisation d’épilation, de coloration des cils et sourcils
– Réalisation de soins des ongles
– Réalisation de maquillages du visage et des ongles
– Accueil et suivi de la clientèle
– Conseil, vente de prestations esthétiques et de produits cosmétiques, d’hygiène corporelle, de parfumerie et d’accessoires de soins esthétiques
– Mise en valeur des produits, des prestations
– Gestion des plannings de rendez-vous, du stock, des encaissements

Conseiller(ère) de vente auprès de la clientèle

– Gestion de l’espace de vente
– Présentation et promotion des nouveaux produits, des prestations et des matériels

Chef(fe) d’entreprise

– Conduite de l’institut de beauté et de bien-être

Diplôme

Emplois

Suite du CAP Esthétique, cosmétique, parfumerie ce brevet professionnel se prépare uniquement en apprentissage ou dans le cadre de la formation continue, ou en alternance, et forme des esthéticien (nes) hautement qualifié(e) s.

Esthéticien(ne) qualifié(e)

Idem au CAP ECP + :
– Coordination technique de l’équipe
-Tutorat

Directeur(trice) technique d’institut, de centre de beauté, de parfumerie, de centre d’esthétique spécialisé

– Mise en application des stratégies de l’entreprise
– Participation aux achats ou aux décisions d’achat
– Promotion des produits et des services
– Management et encadrement du personnel
– Accueil de la clientèle, gestion des rendez-vous et du fichier clients
– Conseil et vente de soins esthétiques, de produits cosmétiques, de produits de parfumerie
– Réalisation de soins esthétiques et de maquillage (visage, corps)

En entreprise de distribution de produits et de matériels:

– animateur(trice) de pôle de vente

 

 

– animateur(trice) itinérant auprès de la clientèle

 

– Présentation et promotion des produits, des matériels
– Accueil de la clientèle
– Conseil et vente
– Gestion du pôle de vente

– Information et conseil à la clientèle sur l’utilisation de nouveaux produits, de nouveaux matériels ou l’offre de nouveaux services
– Animation de journées de promotion et de vente en direction de la clientèle

Conseiller(ère) en image personnelle

Conseil pour la mise en valeur de la personne dans un but professionnel et personnel (maquillage,formes et couleurs, accessoires…)

Diplôme

Emplois

Les bacs professionnels se préparent en 3 ans après la 3e (2de pro, 1re pro et Tle pro), en lycée professionnel, dans le cadre de la formation continue, ou en alternance. Ils peuvent aussi se préparer après un CAP.

Esthéticien(ne) qualifié(e)

Idem BP ECP + :
– Réalisation de décoloration des poils
– Réalisation de techniques d’embellissement des cils
– Réalisation de soins des ongles et de prothèses ongulaires
– Accompagnement d’un stagiaire, d’un nouveau salarié

Chef(fe)d’entreprise ou directeur(trice) ou gérant(e) ou responsable d’institut, de centre de beauté, de parfumerie, de centre d’esthétique spécialisé

Idem BP ECP + avec des connaissances plus poussés en gestion d’entreprise.

Animateur(trice) de vente

Conseiller(ère) en image personnelle

Le BTS Métiers de l’esthétique-cosmétique-parfumerie est accessible à tout titulaire d’un baccalauréat : bac STMG, bac ES, bac pro esthétique cosmétique parfumerie etc. d’une durée de 2 ans, dans le cadre de la formation continue, ou en alternance.
Accès sur dossier, voire tests et/ou entretien.

Il existe plusieurs options, à choisir au préalable.

Diplôme

Emplois

BTS MECP option A : Management

Idem au BAC et spécialisé dans la gestion d’une équipe et d’une entreprise

BTS MECP option B : Marque

Idem au BAC et spécialisé dans la formation ou la technique commerciale pour le compte de grandes marques spécialisées dans les produits cosmétiques, les matériels et appareils pour l’esthétique, proposant des animations et des démonstrations, capable de prospecter et construire un porte-feuille client.

BTS MECP option C : Cosmétologie

Spécialisé dans le processus de fabrication des produits cosmétiques, il peut travailler dans des entreprises de fabrication ou d’évaluation de produits cosmétiques et de matériels professionnels, où il occupe des postes de technicien en biométrologie et analyse sensorielle ou de technicien en recherche et développement. 

Socio-esthéticien(ne) :
Le/la socio-esthéticien(ne) peut pratiquer des techniques de soins ayant des problèmes de santé, psychologiques et/ou sociaux. Ayant des connaissances dans ces nombreux domaines, il/elle est apte à adapter ces soins selon chaque personne, afin d’améliorer leur qualité de vie.
Formation initiale en esthétique (CAP, BP, bac pro ou BTS) + formation complémentaire :
– DU (diplôme universitaire) spécialisation esthétique en milieu médical (faculté de médecine Pierre et Marie Curie Paris 6)
– DU socio-esthétique (université de Nantes)
– titre de socio-esthéticienne délivré par le Codes (cours d’esthétique privé à option humanitaire et sociale) du CHU de Tours, par EJKM (Ecole Joffre Karine Moncla) et par PBA (Paris Beauty Academy)

CQP : Certificat de qualification professionnelle SPA praticien:
Le spa praticien est capable de pratiquer des soins corporels (massage bien être relaxant, stimulant…, gommages, enveloppement, hammam, sauna) dans un SPA ou Institut SPA, sous la direction d’un manager SPA ou chef d’entreprise.
Accessible après une formation en ECP.

Prothésiste ongulaire : le nombre de formations est assez vaste en raisons des nombreuses techniques. Nous voyons de nombreux exemples désastreux, car beaucoup pensent que c’est facile, mais cela demande une certaine maîtrise, il est donc important de continuer à se former et suivre des formations de perfectionnement si besoin.

Prothésiste cillaire : du cil à cil au volume russe, ici aussi une certaine maîtrise est exigée, car les risques sont nombreux étant très proche des yeux. Les formations de 2 à 3 jours sont nombreuses mais très insuffisantes.

Massages bien-être du corps : le nombre de type de massage est aussi ici très important, par leurs styles (relaxant, stimulant, spécial femme enceinte…) et leurs origines (balinais, thaïlandais, polynésiens, japonais, chinois …). Il est important de connaître autant les techniques, les avantages et les risques de chacun d’eux, car ils ne peuvent être appliqués sur tous. Par exemple, un massage drainant n’est pas du tout adapté à une personne diabétique qui risque d’avoir une crise cardiaque dans les heures qui suivent ce type de massage. Aucun massage n’est sensé remplacé ceux d’un médecin, les massages thérapeutiques sont interdits en France et dans de nombreux pays.

Les soins du corps : enveloppement, gommage, soins minceurs, hammam… ici encore, nous avons de nombreuses techniques que l’on retrouve en SPA ou instituts.

Maquillage : de nombreux types de formation existent (CQP, maquillage artistique, permanent…)

 

 

Vous souhaitez devenir professeur ou formateur en esthétique ?

– Vous pouvez enseigner après un BAC ou BTS avec un minimum d’expérience de 2 ou 3 ans. Un CAPLP, concours d’accès au corps des professeurs de lycée professionnel, sera requis dans un lycée professionnel du domaine public.
– Pour former, il suffit d’avoir un diplôme dans l’esthétique et de l’expérience dans le domaine dans lequel vous souhaiter proposer des formations.
L’expérience dans le domaine de l’esthétique est très important, déjà pour être crédible, mais aussi pour savoir de quoi vous parlez exactement. Former après juste un BTS MECP par exemple reste assez risqué, car vos connaissances dans le milieu réel est bien trop réduit pour aider les futur(e)s esthéticien(ne)s à être dans des conditions optimales à leur recherche d’emploi. La vie dans un établissement esthétique est tout de même différent de ce que l’on attend de vous aux examens, car les exigences en autonomie et en efficacité sont placées à une barre bien plus haute.

En conclusion

Vous l’avez compris, le domaine de l’esthétique est si vaste qu’il est pratiquement impossible de ne pas trouver son bonheur. On peut l’intégrer très jeune mais aussi moins jeune après une reconversion, le plus important est de pouvoir s’y épanouir.
Il y a aussi de nombreuses personnes qui s’y sont échappées, soit parce que le domaine n’est finalement pas pour elles, soit parce qu’elles ont vécu de malheureuses expériences. Comme dans tout métier, l’esthétique a ses hauts et ses bas.

Témoignages

J’ai eu la chance de pouvoir recueillir une 20 aines de témoignages d’esthéticiennes encore actives ou non, elles ont toutes eu un vécu différent, mais ont toutes un point commun : la passion du métier. Je vous laisse les découvrir.

Adeline

Esthéticienne depuis ses 16 ans, 20 ans d’expérience, a ouvert son institut depuis 2 ans.
– Diplôme(s), formation(s) : Cap, BP, formation marques, formation soin visage et massage.
– Elle préfère : Rendre les gens heureux.
– Elle aime moins : Je dirais, beaucoup trop d’écoles qui peuvent vraiment bien former. Ces écoles font croire à la lune et non les vraies valeurs de notre métier.
– Les qualités requises : Avoir un côté humain, de la gentillesse, de la rigueur et de la douceur.
– Pourquoi ce métier ? J’ai découvert ce métier par hasard et je suis tombée sous le charme. Donner du bonheur aux gens est ma joie de vivre.
Les avantages en tant que patronne ? L’avantage d’être à son compte c’est qu’on a plus d’avantages. A son compte on peut réellement travailler sur des vraies valeurs. Pour ma part, je travaille qu’avec des marques françaises et principalement bio. Je vise le zéro déchet et les produits et matériels réutilisables. On peut aussi se spécialiser sur les soins qu’on aime. Sans patron j’ai la chance de vraiment chouchouter mes clientes et de pouvoir prendre le temps avec.
Et les inconvénients ?: Je dirais les filles qui font du black et qui font des catastrophes, style personne brûlée ou autre. Sans formation ça peut être dangereux.

Fanny

Esthéticienne depuis ses 20 ans, 15 ans d’expérience, actuellement esthéticienne à domicile à son propre compte.
– Diplôme(s), formation(s) : CAP, BP et BTS esthétique.
Elle préfère : Le relationnel, les soins corps et visage.
– Elle aime moins : Transporter mon matériel à domicile.
– Petite ou grande entreprise ? J’ai travaillé dans des SPA hôtels 3 ,4 et 5 étoiles guide Michelin où j’étais SPA manager, mais j’ai également fait de la parfumerie, et institut haut de gamme pour finalement m’installer à mon compte. De magnifiques expériences, très enrichissantes, un peu fatigantes, mais sans hésitation je recommencerai. Maintenant maman, je prends plus de temps avec ma famille tout en étant à mon compte.
– Les qualités requises : Souriante, motivée, passionnée, à l’écoute.
– Pourquoi ce métier ? Le relationnel, apporter du bien être aux clients.
– Un mot supplémentaire ? Faire son métier avec passion mais ne pas s’imaginer gagner énormément d’argent.

Emilie

Esthéticienne depuis ses 18 ans, 6 ans d’expérience, actuellement esthéticienne à domicile en micro entreprise depuis 1 an et demi.
– Diplôme(s), formation(s) : J’ai le CAP, 2 ans en filière BAC pro, que j’ai quitté après obtention du CAP car on me proposait un BP en alternance. Je perdais 1 an mais je gagnais 2 ans d’expérience pro. J’ai ensuite fait la formation Pro Spa International à l’école Peyrefitte d’Aix les Bains pendant 3 mois et demi , et pour apprendre d’autres massages , je suis partie faire une saison de 3 mois sur Courchevel au Palace les Airelles.
– Elle préfère : J’adore les massages ! Après il faut savoir aimer et tout faire dans notre métier. C’est avant tout une passion avant d’être un métier.
– Elle aime moins : Étant à mon compte , les inconvénients sont le fait de ne pas avoir de salaire fixe, de pas pouvoir faire de crédit aussi facilement que quelqu’un de salarié, les trajets. Les avantages, liberté à tout point de vue ( planning, rendez vous, protocole de soins, timing etc.).
– Les qualités requises : Minutieuse, à l’écoute, douce.
– Pourquoi ce métier ? J’ai toujours su que je voulais faire ce métier, depuis le CP. Je me souviens avoir vu une émission sur ce métier, et ça a été une évidence. Je n’ai jamais changé d’avis sur ma carrière professionnelle. Petite anecdote : ma maîtresse de maternelle est l’une de mes clientes à l’heure d’aujourd’hui.
– Un mot supplémentaire ? Ma passion c’est mon métier ! C’est rare de nos jours d’avoir un métier où l’on est épanouie. Je me souviens que l’une de mes profs nous avait dit que si on pensait faire des maquillages à longueur de journée, c’était pas la peine de faire ces études, car la plupart du temps c’était des épilations. Et c’est vrai que quand j’étais en institut je faisais 9h-12h / 14h-19h et c’était épilations avec 1 soin de temps à autre , ou une manucure mais ça représente qu’une infime partie du travail. Perso, que ce soit pour le cap ou le brevet pro, je n’ai jamais eu la moyenne aux examens écrits, de pas grand chose mais quand même. Au final, la pratique me rattrapait tout et pour moi c’est le plus important. Je connais des filles qui avaient eu de très bonnes notes aux écrits mais pas à la pratique. Et notre métier, c’est de la pratique, il faut des connaissances tout de même , mais on voit la différence de résultats lors d’un soin.

Vanes

Esthéticienne depuis ses 19 ans, 10 ans d’expérience, actuellement responsable d’une chaîne sans rendez-vous du Sud-ouest.
– Diplôme(s), formation(s) : Cap esthétique et formations auprès de différentes marques.
– Elle préfère : La diversité des prestations, le contact client, le massage du corps.
– Elle aime moins : Les inconvénients sont les postures, lit pas toujours réglable, les personnes qui pensent vous apprendre votre métier.
– Petite ou grande entreprise ? Grande entreprise toujours, malgré des essais dans les petites. Je préfère les grandes entreprises car diverses formations, évolution possible.
– Les qualités requises : Dynamisme, rigueur, ponctualité.
– Pourquoi ce métier ? Le contact et la douceur, l’écoute que l’on peut apporter.

Stéphanie

Esthéticienne depuis ses 20 ans, 7 ans d’expérience, actuellement responsable d’institut Carlance.
– Diplôme(s), formation(s) : Cap en 1 an, BP esthétique (avant, brevet des métiers de l’art).
– Elle préfère : Le contact humain.
– Elle aime moins : Les personnes pas propres. Les pieds … Nos salaires sont rarement splendides par rapports à la charge de travail physique et mentale que l’on a.
– Les qualités requises : Communicatif, passionné, souriant, observateur, honnête.
– Pourquoi ce métier ? Au début pour du MakeUp pro en spectacle. Et je suis tombée amoureuse de l’humain ! Le corps, le relationnel, l’enrichissement personnel que ça apporte alors qu’on ne fait rien de spécial à part être à l’écoute et prendre soin de la personne.
– Un mot supplémentaire ? C’est un métier de passion, on ne peut pas être heureuse si les clients, les horaires, les conditions nous rendent nerveuses.
Il faut apprendre à passer outre et surtout il faut communiquer !
C’est un métier principalement de femmes, la communication et l’honnêteté sont souvent oubliés.
Si des choses ne nous plaisent pas, il faut le dire, et il faut trouver des solutions ensemble.
C’est un métier de passion dont beaucoup sont dégoûtés pour cause d’esprits d’équipe lamentables et de management strict, nerveux et qui ne motive pas.
Le commerce c’est compliqué et nous devons beaucoup prendre sur nous. On se voit 70% de notre temps, alors il faut être bienveillant entre nous.
Pour finir on dois rester curieuse de tout et ne jamais penser que toute est acquis.. sinon c’est fini pour vous…

Elsie

Esthéticienne depuis ses 17 ans, 3 ans d’expérience, actuellement à son compte en auto-entrepreneur.
– Diplôme(s), formation(s) : CAP et Bac pro.
– Elle préfère : Le contact humain et le fait de faire plaisir et de rendre heureux, d’apporter un peu de bonheur aux gens.
– Elle aime moins : C’est aussi le contact humain qui est le plus compliqué dans le métier, je m’explique : être en contact avec des gens peut être merveilleux, mais ça peut aussi causer beaucoup de problèmes puisqu’on est tous différents, on peut tomber sur des gens odieux, irrespectueux, exigeant dans le mauvais sens du terme.
– Petite ou grande entreprise ? J’ai travaillé dans un Nocibé et j’ai créé 2 entreprises. Ce que je préfère, c’est les soins et les maquillages artistiques comme dit au dessus, mais j’ai adoré mon expérience dans le Nocibé, je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus froid et j’ai adoré.
– Les qualités requises : Patiente, attentionnée, à l’écoute, douce et énergique à la fois, PASSIONNÉE !
– Pourquoi ce métier ? Je ne sais pas vraiment, j’ai toujours su que je voulais faire ça, même les épilations ne me déplaisent pas, bien sûr que je préfère les soins, les maquillages artistiques, mais bon, ce n’est pas ce que je réalise sur mes clientes, mais j’ai appris des techniques qui me permettent de les réaliser sur moi et de faire parler de moi grâce à ça.

Manon S

Esthéticienne depuis ses 18 ans, 4 ans d’expérience, bientôt gérante d’un institut.
– Diplôme(s), formation(s) : Cap et Bac pro esthétique.
– Elle préfère : L’oreille attentive que nous sommes pour nos clients, le bien-être qu’on leur apporte et le rapport de confiance qui s’installe entre une praticienne et sa clientèle.
– Elle aime moins : Les journées longues, la station debout et le dos qui, je pense, s’abîme rapidement au fil des années.
– Petite ou grande entreprise ? J’ai pu faire les deux, et je préfère de loin les petits structures. Dans les grandes entreprises, c’est souvent du travail à la chaîne et c’est beaucoup de stress engendrés. Les petits instituts de quartier sont généralement plus sympathiques pour les praticiennes et les clients, à mon avis.
– Les qualités requises : Être souriante, serviable, à l’écoute de ses clients, que ce soit pour leur détente, comme pour leur bien-être général.
– Pourquoi ce métier ? Car j’aime le métier de contact, le rapport avec les gens, pouvoir leur apporter un bien-être physique comme psychologique.
– Un mot supplémentaire ? Je pense que notre métier est une magnifique vocation, et qu’il ne faut pas le choisir par dépit ou par facilité, car si l’on est pas passionnée, ça peut rapidement devenir compliqué à vivre. J’aime énormément être au service des clients, les voir partir soulagés et heureux, et j’espère que tôt ou tard, les gens comprendront à quel point c’est un métier merveilleux !

Leslie

Esthéticienne depuis ses 19 ans, 14 ans d’expérience, actuellement à son compte à domicile.
– Diplôme(s), formation(s) : CAP esthétique cosmétique et formation accélérée prothésiste ongulaire.
– Elle préfère : Prendre soin de ma clientèle. Les satisfaire.
– Elle aime moins : Peut être les gens qui abusent de la notion “le client est roi”.
– Petite ou grande entreprise ? Uniquement en petite entreprise ( ma patronne et moi). Le temps est parfois long entre deux clientes quand on est seule et salariée.
– Les qualités requises : Patiente, passion, sérieux, autonomie, calme, discrétion, respect d’autrui et de son intimité (corporel et moral).
– Pourquoi ce métier ? Un peu par hasard, je me suis rendue compte lors du premier cours de théorie que je ne connaissais pas ce métier autant que je le pensais !

Justine P

Esthéticienne depuis ses 17 ans, 11 ans d’expérience, actuellement SPA manager.
– Diplôme(s), formation(s) : Cap, Bac pro, BTS, SPA praticien
– Elle préfère : Tout !
– Elle aime moins : L’exigence de la clientèle, exprimer de plus en plus mal… c’est tout !
Petite ou grande entreprise ?
– Yves rocher :
J’ai adorée : la formation en continue, le « cadrage ».
J’ai détesté : les patrons qui parlent trop chiffres !
– Petite entreprise :
J’ai adorée : la clientèle de proximité et le fait d’être libre de ses mouvements.
J’ai détesté : rien !
– Les qualités requises : La patiente, la bonté, empathie, la sympathie.
– Pourquoi ce métier ? Aucune idée !
– Un mot supplémentaire ? J’adore mon métier !

Séverine

Esthéticienne depuis ses 42 ans, 2 ans d’expérience, actuellement à son compte.
– Diplôme(s), formation(s) : CAP , CQP SPA et Conseil en image.
– Elle préfère : Apporter du bien-être aux clients, être indépendante, laisser s’exprimer ma créativité et mes idées.
– Elle aime moins : L’hygiène parfois douteuse des clients .
– Petite ou grande entreprise ? Stages en institut et SPA entre 2 et 10 salariés. Les mauvais managers font de mauvais employés et créent une mauvaise ambiance. [A préféré] la proximité, la confiance et la fidélité des clientes dans les petits instituts, faire enfin le métier que je souhaite depuis mes 16 ans.
– Les qualités requises : En plus des qualités techniques, savoir être à l’écoute, se remettre en question, se former continuellement, s’informer, être curieuse des nouveautés, être commerciale et avoir des notions de gestion, ne pas être timide, bien connaître ses produits pour bien conseiller et avoir le petit truc en plus mais ça, ça ne s’apprend pas !
– Pourquoi ce métier ? C’était le métier que je voulais faire depuis mes 16 ans mais ma mère en a décidé autrement à l époque. A 40 ans bilan de compétences, FONGECIF et études ! Quand on veut, on peut!

Solenn

Esthéticienne depuis ses 17 ans, 4 ans d’expérience en tant qu’étudiante et en CDD, elle est sur le point de débuter ses études en BTS MECP.
– Diplôme(s), formation(s) : CAP et BP.
– Elle préfère : La vente, les épilations, soin du visage.
– Elle aime moins : Qu’on ne travaille qu’entre femmes, et les femmes sont mauvaises entre elles, que les clientes soient parfois plus que détestables.. mais on fait avec.
– Petite ou grande entreprise ? J’ai travaillé avec les deux. J’ai adoré le côté commercial d’YR, et détester le côté « chaîne » de C-V.
– Les qualités requises : Être patiente, à l’écoute, soignée et organisée.
– Pourquoi ce métier ? J’adorais me faire des gommages et des masques en étant plus jeune et j’adorais me faire masser, alors je me suis dis pourquoi ne pas le faire aux autres ?
– Un mot supplémentaire ? L’esthétique est un métier parfois compliqué, très fatiguant et où l’on peut parfois rester pendant plus de 9h debout à piétiner, c’est une passion plus qu’un métier, car il faut savoir se remettre en question continuellement sur ce que l’on fait et ce que l’on dit afin que la cliente revienne et que l’on ne la brusque pas. Parfois c’est difficile et on remet notre métier en question à cause de pauvres cruches comme clientes qui essaient de nous apprendre notre métier, mais une fois qu’on reprends le dessus, on se dit qu’on aime trop notre métier pour ça !

Morgane

Esthéticienne de 23 ans à 28 ans après une reconversion professionnelle, puis de nouveau en reconversion professionnelle suite à un « Burn Out » et à des problèmes de santé.
– Diplôme(s), formation(s) : CAP en 1 an, BP en 2 ans et enfin formation pour travailler en Thalasso.
– Elle préfère : Le contact client.
– Elle aime moins : Le manque de respect de certains clients qui nous prenne pour des chiens. Et je ne parle pas des patrons qui ne paient jamais les heure supp, qui change toujours les plannings, impossible de prendre ses vacances quand on veut, être toujours à la disposition du patron, plus de vie privée.
Petite ou grande entreprise ? J’ai fait les deux, Yves Rocher, Marionnaud, Valdis Thalasso et un tout petit institut, j’ai rencontré les même problèmes dans tous.
– Les qualités requises : Prêt à sacrifier sa vie privée, patient, écoute et sourire.
– Pourquoi ce métier ? J’aimais beaucoup se métier pour apporter un bien-être au client.
– Un mot supplémentaire ? J’ai quitté ce métier surtout à cause des patrons qui demandent toujours plus, sans rien en retour, avec un SMIC, c’était trop de sacrifices… Et ma santé m’a fait sauté le pas de tout arrêter malgré le fait que j adore mon métier, des personnes arrivent à nous en dégoûter …

Elodie

Esthéticienne depuis ses 26 ans, 4 ans d’expérience, actuellement à son compte dans son institut au sein d’un salon de coiffure.
– Diplôme(s), formation(s) : J’ai passé le CAP en candidat libre et le BTS management en école privée (le CAP lors sa 2nde année en BTS).
– Elle préfère : Apporter du bien être aux gens la relation de confiance.
– Elle aime moins : C’est un métier qui n’est pas assez valorisé à mon sens et qui souffre de clichés qui persistent. Les gens ont l’image de l’esthéticienne écervelée qui arrache du poil toute sa vie, mais c’est un métier bien plus riche que ça, avec de grosse compétences en biologie et en psychologie au final.
– Les qualités requises : Le savoir être, de l’empathie mais surtout il faut être passionnée. Savoir donner mais surtout aimer donner.
– Pourquoi ce métier ? C’est la passion depuis petite, j’avais besoin de contact humain d’où ma reconversion professionnelle, j’ai quitté le monde de la recherche en cancérologie pour ce métier que j’adore et dans lequel je m’épanouis totalement, c’est un plaisir de me lever chaque jour pour retrouver mes clients !

Laura

Esthéticienne depuis ses 21 ans, 8 ans d’expérience, actuellement assistante responsable.
– Diplôme(s), formation(s) : Cap en candidate libre puis BP en alternance.
Votre expérience en tant que candidat libre ? J’ai étudié chez moi, j’ai acheté le Précis d’esthétique, révisé les matières générales à la bibli. Pratiqué sur mes 2 soeurs et j’ai été aidé par la mission locale pour financer l’achat de mes fournitures pour l’examen, puis j’ai postulé pour un stage à l’institut en bas de chez moi. J’étais surmotivée, et toute seule. Seules mes soeurs m’ont soutenues, elles ont même été mes modèles pour le Cap et pour le BP. Ce n’était pas facile, mais j’étais sûre de moi et ça m’a appris que dans la vie, quand on veut quelque chose et qu’on travaille dur, on y arrive ! D’ailleurs je ne me suis pas rendue la vie facile car j’ai passé mon BP 2 ans après l’obtention de mon CAP. J’avais un poste, j’ai démissionné pour être réembauché en tant qu’apprentie, et j’avais 5 ans de plus que les autres élèves. Mais ça a plutôt été cool ! C’était ma patronne qui m’a dit « si vous voulez passer votre BP, je vous réembauche en tant qu’apprentie. Et après votre diplôme, je vous prends comme assistante responsable ». Et c’est ce qu’il s’est passé.
– Elle préfère : Le contact avec les clientes, discuter et partager avec elles.
– Elle aime moins : Les clientes aussi, les « relous » qui croient qu’on a pas fait d’étude et qui se pensent tout permis.
– Petite ou grande entreprise ? J’ai débuté dans un petit salon où la patronne était seule, les journées étaient longues car peu de clientèle. Et ensuite chez Body minute où là c’était le rush et on s’ennuyait jamais. J’ai préféré Body.
– Les qualités requises : La diplomatie, l’écoute, l’esprit d’équipe.
– Pourquoi ce métier ? Aucune idée, j’avais 14 ans et j’étais persuadée qu’il fallait que je travaille dans l’esthétique.
– Un mot supplémentaire ? Il ne faut jamais abandonner si on aime ce qu’on fait.

Ophélia

Esthéticienne depuis ses 19 ans, 5 ans d’expérience, actuellement en CDI.
– Diplôme(s), formation(s) : Cap esthétique.
– Elle préfère : Les soins des pieds et mains.
– Elle aime moins : Les horaires, le salaire, les heures supplémentaires non payées, les gens mal polis et les éternels insatisfaits.
– Les qualités requises : La volonté, la persévérance et la patience.
– Pourquoi ce métier ? Car je voulais travailler rapidement et être autonome.

Manon

Esthéticienne depuis ses 17 ans, 4 ans d’expérience, actuellement esthéticienne en institut de beauté classique orienté soins corps.
– Diplôme(s), formation(s) : CAP, Bac Pro et Brevet de maîtrise.
– Elle préfère : Ne jamais faire la même chose.
– Elle aime moins : Les clients sans-gêne (pas de douche avant, au téléphone durant le soin…).
– Petite ou grande entreprise ? J’ai travaillé dans des thermes (50 employés). Cette expérience forge le mental (journée de 11h, semaine de 50h, clients insultants) mais apporte une belle force de caractère. Cependant, santé détruite (tendinite au poignet, nerfalgie à l’épaule et canal carpien bouché à seulement 20 ans). Les instituts, petits et traditionnels sont géniaux.
– Les qualités requises : Force de caractère, résistance physique et surtout patience.
– Pourquoi ce métier ? Par envie.

Justine

Esthéticienne depuis ses 19 ans, 5 ans d’expérience, actuellement esthéticienne chez Nocibé.
– Diplôme(s), formation(s) : Cap, Bac pro et CQP SPA praticien.
– Elle préfère : Le dialogue et la rencontre avec les clientes. En tant que soin, je dirais soin visage et corps.
– Elle aime moins : Je dirais les horaires et travailler les week end.
– Petite ou grande entreprise ? Oui j’ai travaillé dans les deux institut spa traditionnel et Nocibé. J’ai adoré la relation clientèle dans le spa et je dirais que les horaires chez Nocibé sont les plus embêtantes.
– Les qualités requises : Souriante, avenante et patiente.
– Pourquoi ce métier ? Je me suis tournée vers ce métier car pour moi nous jouons un rôle important au près de nos clientes, elles se sentent bien, belles et retrouvent le sourire en sortant de soin. J’ai moi même traversé une période difficile et j’ai vécu une opération très lourdes que j’ai eu du mal à accepter, et je pense que si certaines clientes traversent ce genre de choses, ça peut les aider, surtout pour le moral et la confiance en soi.

Lothie

Esthéticienne depuis ses 17 ans, 5 ans d’expérience, actuellement responsable d’une équipe.
– Diplôme(s), formation(s) : CAP + BP.
– Elle préfère : le contact avec la clientèle (ce qui n’est pas toujours simple).
– Elle aime moins : le côté sombre de ce métier est pour moi le manque d’hygiène de certaines personnes ainsi que leur manque de savoir-vivre, celles qui pensent qu’on est à leur merci…
– Petite ou grande entreprise ? Je travaille dans une petite entreprise (3 personnes) depuis 5 ans (1er job).
– Les qualités requises : 3 qualités essentielles : l’écoute, l’hygiène et le perfectionnisme.
– Pourquoi ce métier ? Je me suis tournée vers ce métier dans le but d’apporter du bien être et de l’attention aux femmes. Quand elles te remercient pour ton travail et ton écoute c’est encore plus valorisant.

Delphine

Esthéticienne depuis ses 16 ans, 21 ans d’expérience, à son compte depuis 13 ans.
– Diplôme(s), formation(s) : CAP, BP, formée à divers massages relaxants, Kobido, réflexologie plantaire, amincissement, lumière pulsée, onglerie, extension de cils.
– Elle préfère : Tout ! Mais surtout voir une cliente ravie sortir de mon institut.
– Elle aime moins : Se rendre compte que des personnes pensent encore qu’une esthéticienne c’est débile, que l’on fait ce métier parce qu’on sait pas quoi faire d’autre et qu’on est superficielle . Devoir faire du “social” toute la journée, rabâcher les gestes essentiels, et expliquer pourquoi nous avons raison face à des influenceuses par exemple. Ne pas gagner sa vie à la hauteur des exigences que l’on se donne et donne.
– Les qualités requises : Être à l’écoute, disponible, vraie, naturelle, les femmes aiment s’identifier, accessible, claire, se remettre en question.
– Pourquoi ce métier ? Ado j’étais toujours en train de décortiquer chaque produit cosmétique qui me tombait sous la main. J’aimais prendre soin de moi, et des autres. Stage découverte en 3ème pendant une semaine et ce fût la révélation.

Anne-Catherine

Esthéticienne depuis ses 31 ans, plus de 8 ans d’expérience, actuellement à son compte.
– Diplôme(s), formation(s) : Cour du soir, école privée Tagnon Mons en 1 an accéléré avec stages.
– Elle préfère : Le contact, le sourire des clientes et leur bien être, je suis épanouie, apprendre encore et encore…
– Elle aime moins : Le manque de respect des clients clientes.
– Petite ou grande entreprise ? Directement pour moi.
– Les qualités requises : Être soucieuse dans le travail, le respect et l’amour de son métier, ce que l’on peut apporter au bien être en soins palliatifs, pendant une chimio et après…, le contact…
– Pourquoi ce métier ? Le contact, la personne de 0 à 99 ans.
– Un mot supplémentaire ? Avoir l’esprit d’ouverture, d’initiative, la vue, l’écoute…

Elise

Esthéticienne depuis ses 19 ans, 4 ans d’expérience, actuellement responsable adjointe dans un institut.
– Diplôme(s), formation(s) : CAP et BTS MECP.
– Elle préfère : Le contact avec la clientèle et le sourire de satisfaction des clientes après les prestations.
– Elle aime moins : Qu’on nous prenne souvent pour des filles bêtes intellectuellement, et qui font ça par dépit, et à défaut de pouvoir faire de grandes études, alors que dans mon cas c’est une véritable passion et je suis fière de mon métier.
– Petite ou grande entreprise ? J’ai travaillé chez Body Minute et chez Dessange. Chez Body l’avantage est la facilité à obtenir des primes lorsqu’on est motivée et passionnée, et l’inconvénient c’est la fausse image de la marque qui nous caractérise un peu comme des “esthet” bas de gamme. Chez Dessange, c’est le prestige, mais c’est difficile de fidéliser beaucoup de monde à cause des prix des prestations, donc moins de primes …
– Les qualités requises : La repartie, l’écoute, la passion, la patience, la minutie et la douceur.
– Pourquoi ce métier ? Je me suis tournée vers ce métier car c’est tout d’abord une passion depuis toute petite, et j’aime vraiment le contact avec les clients, et leur apporter un peu de joie dans leur journée.

Rachel

Esthéticienne depuis ses 17 ans, 7 ans d’expérience, actuellement à son compte en micro-entreprise.
Diplôme(s), formation(s) : Cap, BP, Bac pro.
– Elle préfère : L’esthétisme bien sur, rendre quelque chose de pas jolie en magnifique.
– Elle aime moins : L’ergonomie, problème de dos, tendinite, jambes lourdes.. Je n’aime pas trop aussi le côté “psy” et écouter à longueurs de journées les problèmes de chacune.. C’est mon avis.
– Petite ou grande entreprise ? J’ai travaillé dans les deux. Je préfère plus le côté convivial où on est peu. Je n’aime pas le travail en équipe, c’est un choix. J’ai détesté les parfumeries, pour le côté “faut faire du chiffre d’affaire, vendez vendez”.
– Les qualités requises : Rigoureuse, minutieuse, patiente et aimer le contact humain.
– Pourquoi ce métier ? Je me suis tournée vers l’esthétique pour ma passion pour les ongles et la beauté. (J’ÉTAIS JEUNE)
– Un mot supplémentaire ? Je pense à l’heure actuelle que c’est très difficile de percer dans ce domaine car la concurrence se fait de plus en plus. Trop de filles qui font ça à la rache, à peine diplômée et sans expérience. Beaucoup de concurrence déloyale également, je m’essouffle de ce métier. Les gens changent..
L’humanitaire se fait de plus en plus rare je trouve, et les moyens pour prendre soin de soi également.
Je dirais aux futures de faire vraiment cela par pure et unique PASSION ! Et qu’il est difficile d’en vivre de nos temps.

error: Alert: Ce contenu est protégé !!